Géopolitique et Relations internationales

  Accueil   Sénégal Afrique Proche Moyen Orient Asie Europe Amérique du Nord Amérique latine PLUS
Accueil | Politique � Plan Sénégal Emergent : relance de la croissance économique ou instaurer (...)

Plan Sénégal Emergent : relance de la croissance économique ou instaurer l’espoir ?

Geopolitico.info - jeudi 27 mars 2014

Dans ce lit de désespoir de marasme économique à cause de la précarité de la pauvreté du chômage surtout des jeunes ; les résultats obtenus par l’Etat du Sénégal au Group Consultatif de Paris ont réjoui et donné espoir pour ne pas dire un véritable ouf de soulagement aux citoyens sénégalais.
Cependant, devant ces milliards promus au Plan Sénégal Emergent avec ces retombées économiques comme la relance des activités économiques et la création d’emplois en faveurs des jeunes et des populations fatigués ; nos gouvernants profitent du contexte favorable pour dérouler des stratégies politiques afin de mieux maîtriser l’opinion.
Par conséquent le Plan Sénégal Emergent constitue le meilleur moyen de faire miroiter le peuple. C’est pourquoi d’ailleurs des dispositions sont prises pour mettre en place de manière efficace une stratégie de communication autour du Plan Sénégal Emergent. Car gagner la bataille de l’information c’est gagner le combat de l’opinion qui vacille au gré des humeurs, des réalités politiques économiques, sociales, culturelles et du contexte. L’information c’est la guerre, et pour conquérir les marchés certains n’hésitent pas à manipuler l’information et à tordre le coût au marché, à l’opinion. Le but de la guerre dans l’information c’est très simple il s’agit de manipuler une cible afin qu’elle pense et agisse selon notre volonté avec évidemment l’aide et la complicité des réseaux qui, d’après Alain Juillet spécialiste en veille stratégique et Intelligence Economique, « sont une parade par rapport à l’hypermédiatisation de la société par les moyens journalistiques ».
La rupture, la gouvernance vertueuse et sobre sont en principe le leitmotiv de nos nouveaux dirigeants, mais dans la pratique c’est le changement en apparence, la continuité en réalité. J’en veux pour preuve la délégation pléthorique sénégalaise (plus de 400 personnes) « décriée par les autorités françaises » au groupe consultatif de Paris.
L’objectif majeur du Groupe Consultatif est mobiliser l’ensemble des acteurs autour du financement des priorités consensuelles et projets structurants capables d’accroitre la productivité des facteurs de production 
Le Plan Sénégal Emergent qui résulte de la Stratégie Nationale de Développement Economique et Social(SNDES) traduisant le cadre consensuel de coordination des interventions publiques, adoptée en novembre 2012 par le gouvernement et l’ensemble de ses partenaires au développement ; « a pour ambition une croissance économique à fort impact sur le développement humain ».
D’ailleurs le Président de la commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) et le Représentant de la Banque Mondiale au Group Consultatif (rencontre avec les bailleurs de fonds) ont orienté leurs discours sur des axes majeurs de la SNDES lors de la rencontre du 24 février 2014 avec les Partenaires Techniques et Financiers au siège de la Banque Mondiale, sis au 66 Avenue Iéna, à Paris.
Le lendemain 25 février 2014 c’était autour des partenaires privés au Forum des Investissements Privés.
Le résultat c’est la satisfaction totale car d’après la compréhension des citoyens sénégalais, notre pays le Sénégal n’aura plus de soucis financiers d’ici 2035. Le PSE a eu plus de financement qu’il en demandait même s’il faut reconnaître qu’au forum des investisseurs, les partenaires privés sont restés un peu sceptiques sur certaines questions relatives au rapport Doing Business qui peint un tableau assez sombre de l’environnement des affaires au Sénégal, du secteur privé sénégalais, des réformes fiscales , minières et douanières, des dépenses publiques et du cadre juridique pour les investissements.
Dans ce contexte de délire et autosatisfaction après les « intentions de financement » à hauteur de milliards en faveur du Sénégal au Group Consultatif de Paris ; l’enthousiasme des Sénégalais est-il permis ?
L’économiste Samba Ka reste dubitatif car « l’idéal, c’est d’avoir ses propres ressources pour se développer et avoir un apport de l’ordre de 30 à 35% de ressources extérieurs »
Le décollage économique du Sénégal qui ne viendra jamais de l’aide extérieure d’après la logique du nouvel ordre économique mondial imposée par les institutions financières internationales, nécessite une volonté politique, une démarche participative et surtout le travail sans lequel il sera très difficile de booster la croissance économique et d’atteindre un taux de croissance de 7 à 8% d’ici 2035.
Le Sénégal est un pays stable qui a connu 4 alternances en 54 ans avec en moyenne, un Président démocratiquement élu tous les treize (13) ans. Par conséquent le seul véritable débat qui vaille c’est le débat de la croissance économique qui dépend indéniablement des 27 projets d’avenir du Plan Sénégal Emergent à savoir l’agriculture, les infrastructures, l’énergie, le tourisme l’emploi surtout pour les jeunes etc.
En définitive en attendant une amélioration des conditions d’existence des populations, le Plan Sénégal Emergent qui semble acquis au peuple, fait face à de nombreux défis tels que l’accès à l’eau potable qui est une casse-tête pour des populations du Sénégal oriental surtout celles de la région de Kédougou, la précarité, la pauvreté, le chômage surtout des jeunes, l’accès à l’électricité, l’accès à la santé, l’accès à l’éducation, un environnement des affaires qui reste à assainir, des aléas climatiques comme la montée de la mer à cause du réchauffement climatique, une instabilité de notre fiscalité dont dépend notre économie...
Le Plan Sénégal Emergent qui vise également à instaurer l’espoir, faire vibrer l’élément affectif pour attirer l’attention ; doit prendre à bras le corps les urgences et les problèmes conjoncturels des populations afin d’y apporter des solutions structurelles. 


Faire un commentaire

Contact : geopolitico.info@gmail.com   France : 00 337 51 38 85 70   Sénégal: 221 77 766 66 66 RSS RSS
© Geopolitico Infos 2017
Réalisé par 2B Interaktive