Géopolitique et Relations internationales

  Accueil   Sénégal Afrique Proche Moyen Orient Asie Europe Amérique du Nord Amérique latine PLUS
Accueil | Politique � La problématique du développement économique dans l’acte 3 de la (...)

La problématique du développement économique dans l’acte 3 de la décentralisation.

Geopolitico.info - vendredi 28 février 2014

La problématique du développement économique dans l’acte 3 de la décentralisation.
Dix huit ans après l’acte 2 de la décentralisation, il devient une impérieuse nécessité de procéder à un recadrage de la politique de décentralisation et tirer le bilan mitigé. La réforme territoriale de l’acte 3 de la décentralisation dont l’application et le vote en procédure d’urgence à l’assemblée nationale ont enclenché le moulin à réactions, a suscité un déferlement d’informations sur son utilité, sa pertinence et ses supposées visées politiques.
La décentralisation permet de renforcer la légitimité de nos institutions rapprochant les décideurs politiques et administratifs des citoyens.
En effet le Sénégal a connu des réformes majeures dans sa politique de gouvernance locale. La réforme de 1972 communément appelé acte 1 de la décentralisation a vu la création des communautés rurales et celles de 1996 qui en est l’acte 2 symbolise l’avènement de la régionalisation et l’érection des communes d’arrondissements.
Les défis de ces différentes réformes territoriales (actes 1 et 2) étaient de permettre aux collectivités locales de participer activement aux gestions des affaires publiques locales mais surtout au développement local.
En termes plus simple le pouvoir central dans un souci de transparence, d’une bonne gouvernance, d’une gestion efficace des affaires publiques locales et le mieux être des populations locales a transféré certaines compétences (9 compétences) aux collectivités locales dans la réforme de 1996 appelée acte 2 de la décentralisation.
Cela impliquait que les populations locales participent au développement local, bénéficient en premier lieu des retombées économiques locales, une amélioration des conditions de vie des populations locales, une gestion participative avec comme objectifs faire des collectivités locales des entités autonomes moralement, politiquement et surtout économiquement.
Aujourd’hui, nous remarquons malheureusement qu’il y a toujours une certaine absence de politique de développement local qui se limite dans la majorité à prendre en charge les budgets de fonctionnement, les fonds de dotations, les subventions etc des conseils régionaux, les communes et les communautés rurales et ceci malgré tout constitue une ardoise lourde et très couteuse à l’Etat du Sénégal.
Par ailleurs pour procéder à de nouvelles réformes à travers l’acte 3 de la décentralisation l’Etat du Sénégal doit faire l’état des lieux, faire le bilan (technique, politique et financier) de l’acte 2 et ouvrir de larges concertations sur les défis de l’acte 3 de la décentralisation et à quel prix.
Pour ce faire cette réforme territoriale doit trouver l’adhésion, l’intégration et surtout la compréhension des acteurs locaux à travers des programmes de concertation, sensibilisation, d’information et de communication.
Les enjeux véritables de la réforme sur l’acte 3 de décentralisation en dépit du coût, du souci de communalisation universelle et de territorialisation doivent être le développement local au service exclusif des populations locales.
En définitive la problématique de la croissance économique locale doit déterminer aujourd’hui l‘enjeu de l’acte 3 de la décentralisation.
Pour ce faire il urge de promouvoir une nouvelle génération d’élus locaux, d’ encourager l’accès des femmes aux fonctions électives, et en dehors de toutes considérations sociales, d’écouter et d’impliquer dans la gestion des collectivités locales les catégories économiques et culturelles défavorisées pour impulser le développement économique local, de renforcer les collectivités locales pour éviter la dépendance vis-à-vis de l’Etat, d’être en phase avec le nouvel ordre mondial de gouvernance locale, de réorganiser les relations entre l’Etat et les collectivités locales, de donner beaucoup plus de visibilités à la décentralisation, d’impliquer les populations (citoyens) dans la formulation de gestion et décision de politiques publiques, de renforcer les organisations sociales dans leur lutte contre la corruption le détournement d’objectif la concussion, d’encourager une participation des ONG, des acteurs de la société civile et des populations actives dans l’élaboration d’un plan de développement local intégré et surtout instaurer une nouvelle démocratique basée sur la citoyenneté active et la participation populaire.


Faire un commentaire

Contact : geopolitico.info@gmail.com   France : 00 337 51 38 85 70   Sénégal: 221 77 766 66 66 RSS RSS
© Geopolitico Infos 2017
Réalisé par 2B Interaktive