Géopolitique et Relations internationales

  Accueil   Sénégal Afrique Proche Moyen Orient Asie Europe Amérique du Nord Amérique latine PLUS
Accueil | Géographie militaire et des conflits � Israël : le conflit avec Gaza a tout pour s’enliser

Israël : le conflit avec Gaza a tout pour s’enliser

Geopolitico.info - vendredi 11 juillet 2014

Les médiateurs habituels, Egyptiens et Américains en tête, ne sont pas là. Israël s’apprête donc à une plus longue campagne de frappes que lors de l’opération de 2012, Pilier de défense, le pays n’ayant aucun intérêt à risquer la vie de ses soldats avec une invasion de Gaza. Dans le même temps, les militaires commencent à se plaindre de la stratégie « modérée » de Benjamin Netanyahou.

L’armée israélienne vient de publier des statistiques depuis le début des hostilités entre Israël et le Hamas, qui ont commencé le 7 juillet. Plus de 234 roquettes se sont abattues en territoire israélien, dont 61 ont été interceptées par le système de défense antimissile Dôme de fer. Tsahal a frappé 590 cibles à Gaza faisant 67 morts et plusieurs blessés.
Devant cette situation, les autorités égyptiennes, sur les instructions du président Al-Sissi, ont décidé d’ouvrir le passage de Rafah, le 9 juillet, uniquement pour permettre l’évacuation des blessés palestiniens vers les hôpitaux en Egypte.
Aucun mort n’est à déplorer du côté israélien.
Soutien diplomatique
Il ne semble pas que le conflit armé soit arrivé à son terme, car les deux belligérants ont perdu leurs intermédiaires habituels pour les négociations de cessez-le-feu.
Une source militaire israélienne de haut rang a envisagé la possibilité d’étendre les combats sur le terrain par une incursion militaire à Gaza :
« Nous envisageons plusieurs scénarios. Nous avons beaucoup de différentes cibles à attaquer dans l’air. La décision sur la date d’une opération terrestre n’interviendra que dans deux ou trois jours. »
Le Cabinet restreint de Sécurité n’a pas fixé de limites à l’opération, sinon d’obtenir l’arrêt des tirs de roquettes par des moyens militaires. Sauf à revenir au statu quo antérieur, le gouvernement israélien hésite sur son projet diplomatique en ce qui concerne la bande de Gaza.
Le ministre des Affaires étrangères israélien Avigdor Lieberman s’est adressé à ses homologues à travers le monde en demandant un soutien diplomatique plus affirmé.
Le Premier ministre a alerté les dirigeants occidentaux pour les impliquer dans le processus diplomatique.
François Hollande a eu le 9 juillet un entretien téléphonique avec Benjamin Netanyahou. Selon un communiqué de l’Elysée :
« Il lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions. Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces. Le président de la République rappelle la nécessité de prévenir l’escalade des violences. »
Benjamin Netanyahou s’est également entretenu avec le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, la chancelière allemande Angela Merkel et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, pour réclamer une condamnation publique des tirs de roquettes sur Israël.
Mais ces dirigeants donnent l’impression de ne pas vouloir interférer dans un conflit qui s’éternise parce que le passé leur a appris qu’un cessez-le-feu ne dure que le temps des roses.
Par ailleurs, une médiation de leur part, mal interprétée, risque d’indisposer les pays arabes toujours prompts à jouer le jeu de la solidarité arabe.

slate.fr


Faire un commentaire

Par Webmaster
Publi� le: 11 juillet 2014
- Dans la rubrique: Géographie militaire et des conflits
- Dans la zone :
Du m�me auteur
Contact : geopolitico.info@gmail.com   France : 00 337 51 38 85 70   Sénégal: 221 77 766 66 66 RSS RSS
© Geopolitico Infos 2017
Réalisé par 2B Interaktive